Bienvenue !

Un talus citoyen…Quid ?
C’est une idée qui a germé dans la tête d’un habitant d’Oupeye que rien ne prédisposait au jardinage, n’ayant ni les « mains vertes » ni une quelconque expérience horticole.
Louant le rez de chaussée de l’ancien presbytère à la Fabrique d’Eglise, l’entretien d’une grande part du jardin lui incombait, et qui dit jardin dit aussi un très long talus jouxtant deux rues. Un sacré boulot.

Si la partie « haute » du jardin ne représentait guère de difficultés (sol plat, pelouse) hormis sa grande dimension, l’entretien des talus se révélait une charge importante en débroussaillage, nettoyage des divers déchets jetés là par diverses personnes peu respectueuses et autres déjections canines. De plus, esthétiquement parlant, même tondu, ce talus n’était pas beau à voir. Notre homme pensa y planter des hortensias et autres buissons floraux mais c’était des dépenses et un surcroit de travail d’entretien des sols. Un travail long et pénible, pour la qualité de vue des gens, à mener à lui tout seul avec son infirmité et son âge avançant vers la vieillesse.
De par ses militances il recevait souvent des informations sur des expériences de jardins collectifs et particulièrement ce système anglais appelé « Incroyables Comestibles », en se penchant sur divers exemples appliqués il se dit que ce serait bien de « rentabiliser » ce talus pour en faire un espace de socialisation, de rencontre intergénérationnelle tout en produisant des fruits et légumes sains pour le bonheur de tous ses voisins du village et même un peu pour lui aussi.
Il se fait que sur la commune d’Oupeye il existe, à deux kilomètres du presbytère une asbl qui remet au travail des personnes fragilisées via l’horticulture bio et qui développe un programme lui permettant de disposer de quelques subsides intitulé KreaVert. Cette entreprise à vocation sociale mène depuis l’été 2018, à côté du presbytère de la commune de Boirs (Bassenge) une expérience proche dans la forme de celle qui sera menée à Houtain-Saint-Siméon.
Au mois de juin 2018 lors d’une rencontre d’entreprises et de particuliers à la station d’épuration d’Oupeye, cet habitant eut l’occasion de rencontrer un responsable de cette asbl mais aussi la Présidente de la Fabrique d’Eglise de Houtain et le train fut lancé le 15 juin 2018.

En date du 23 octobre 2018, la Fabrique d’Eglise, à l’unanimité de son Conseil, décida de soutenir le projet, indispensable soutien car cette entité est propriétaire du talus en question et pourra aussi mettre son local paroissial proche à disposition des personnes intéressées par le projet lors de séances d’information, la FE délégant une personne, Monsieur Eric Brimioulle, habitant le village, pour la représenter dans la gestion du projet. De son côté l’asbl Cynorhodon, avec son animatrice Mlle Agathe Jenffer, a monté un dossier auprès de ses bailleurs de fonds (KreaVert) et Jacques Chevalier, l’habitant à l’initiative du projet multiplie les contacts, via, notamment un groupe sur Facebook, ses pages sur les réseaux sociaux et le présent nouveau site que vous découvrez en lisant cette page.
Le mardi 18 décembre nous espérions élargir le nombre de personnes participantes au projet de talus citoyen par le biais d’une réunion citoyenne au local paroissial mais – malgré 350 à 400 folders dans les boites à lettres et quelques paquets de ceux-ci dans les rares commerces locaux – nous n’étions que 6 personnes. Nous avons convenu de maintenir le projet et même de le modifier quelque peu. Fin janvier 2019 quelques travaux devraient débuter à la limite des talus de la rue Lavaux. On s’oriente aussi sur un agrandissement de la surface « potager » sur la partie avant du jardin (coin Lavaux/Saint-Siméon), on devrait aussi installer un panneau explicatif du projet et réorganiser fin février une réunion de « lancement » du potager et de ses talus pour le printemps.
Il s’agit d’une expérience citoyenne qui concerne tous les habitants du village de Houtain-Saint-Siméon, ce n’est pas une idée d’un parti politique et il n’est d’ailleurs pas question qu’un parti, quel qu’il soit, la récupère même si ses membres, habitant le village, y sont invités comme tout le monde.
Quand les subsides perçus par Cynorhodon ne seront plus payés (en fin 2020) le talus citoyen devra voler de ses propres ailes c’est pourquoi il faut des personnes, nombreuses, attachées au projet, pour qu’il dure dans le temps en conservant sa nature, son originalité, son statut citoyen.

Voici les deux faces du flyer qui a été distribué à Houtain pour annoncer la réunion du 18 décembre 2018 :

search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close